28 janvier 2009

En vrac

-Le policier qui arrête une personne dans la rue, stop un taxi pour l'emmener au commissariat.(Nazca)

-Des cireurs de chaussures a tout les coins de rues. Cireurs ambulants ou de luxe avec fauteuil.

-Les milliers de compagnies de bus a travers le pays servent de déménageurs, de poste pour les colis et aussi de transports de passagers...

-Les pigeons du coin ressemblent a des vautours.

-Dur dur la vie de chien. Chiens estropies, chiens blesses, chiens morts sur le bord de la route, chiens maigres, chiens pouilleux, chiens malades ou chiens fous. En 2 mois et demi a travers le Perou j'ai croise 2 chiens en laisse...

-15 soles la cartouche de blondes - 25 soles les 40 grammes de tabac a rouler....

-Les japonais nous prennent en photos. César avec ses dreads passe pour un extraterrestre.

-Les écrivains publics installes sur le trottoir avec leurs machines a écrire, rédigent tout et n'importe quoi sur demande. J.L., un ami français, a fait rédiger un "acte de revente" d'un billet d'avion pour un vol intérieur.

-La nuit, en ville, des policiers tournent a pied ou en vélos en sifflant régulièrement, comme pour signaler leur présence. Ceci de 20h a 6h du matin.

-Dans le nord, pas de café machine ou de café en poudre. Quand je commande un café on m'amène une tasse d'eau chaude et une sorte de sirop de café dans une petite cruche.

-Dans les grandes villes, les gens on très peu de téléphones portables. Des dizaines de personnes proposent ce service en pleine rue. On les reconnaît par leur vêtements aux couleurs de l'opérateur national, mais aussi parce qu'ils crient toute la journée..."llamada, llamadas!"

-Dans les petits villages encore moins de téléphones portables. En général il existe un téléphone fixe pour tout le monde. Quand il y a un appel, la personne demandée est appelée par des hauts parleurs que l'on entend dans tout le village.

En ville, pas de lignes de bus officielles. Il y a des centaines de lignes de combis (Toyota 10 places). On peut les prendre n'importe ou et descendre ou l'on veut. Mais il faut connaître leur direction ce qui n'est pas toujours très simple.

Posté par timothees à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur En vrac

Nouveau commentaire